Kits d'atelier - Février 2017

Écrit par; Jenny McQueen, directrice de la sensibilisation

 

Nous sommes continuellement inspirés par les jeunes femmes de la Colombie-Britannique qui créent des clubs scientifiques et lancent des conférences. Nous voulons favoriser ce leadership et avons donc lancé un nouveau programme pour envoyer des trousses d'ateliers scientifiques aux clubs scientifiques et aux conférences scientifiques partout au Canada. Notre trousse d'atelier inaugurale a été testée en décembre dernier par un club scientifique de l'école secondaire Frank Hurt à Surrey. Becca Lim, notre courageux pilote d'essai, a animé un atelier sur le processus scientifique. Becca avait participé à cet atelier lors de sa tenue à Science Expo en novembre.

 

Dans cet atelier, les participants sont invités à comprendre le fonctionnement interne d'un tube «whatchamacallit». Les participants peuvent l'explorer comme ils le souhaitent sans l'ouvrir. À la fin de l'atelier, la question est posée: «Est-ce que c'est comme faire de la science?». Je vais laisser Becca expliquer ce qui s'est passé.

 

«Lorsqu'on les a interrogés sur le processus qu'ils ont suivi ce jour-là par rapport au processus enseigné à l'école, beaucoup ont convenu qu'ils suivaient le même schéma général, mais cette activité n'était pas aussi formelle et était plus réaliste par rapport à la pensée scientifique quotidienne. Par exemple, ils ont proposé une hypothèse en bricolant les tubes, et une fois qu'ils ont construit leur conception, ils pouvaient décider si leur hypothèse était soutenue ou non - mais ils ne se déplaçaient pas consciemment dans un processus ou une écriture étape par étape. un rapport de laboratoire.

 

Quelque chose que j'ai remarqué, c'est la similitude entre leurs designs et les designs créés par les étudiants à Science Expo. Plus les idées des gens semblent concorder avec les idées des autres, plus je pense que nous approchons de la solution réelle.

 

Ce que j'aime dans les observations de Becca, c'est qu'elle a identifié deux parties de la science qui sont souvent négligées dans les cours de sciences du secondaire. Les hypothèses sont généralement développées après un peu de jeu, des observations et l'acquisition de connaissances. Arriver dans un cours de sciences avec une hypothèse soigneusement présélectionnée ne donne pas aux étudiants la possibilité de proposer une question à tester. Ce qui peut être une partie exaltante et profondément personnelle de la science. Le deuxième constat fait est qu'en partageant leurs idées, ils se sont rapprochés d'une meilleure réponse qui met en évidence une partie essentielle du processus scientifique. La culture du partage d'informations par le biais de conférences, de réunions, d'affiches, de publications et même autour d'un café est essentielle pour faire de la bonne science.

 

Becca nous a également donné d'excellents commentaires qui nous aideront à rendre ces ateliers plus faciles et plus intéressants. Si vous souhaitez que nous vous envoyions un kit d'atelier, veuillez contacter [email protected]wist.ca.

atelierkitsphoto-1