SCWIST: un passé distingué et un avenir grandissant

Compilé à partir des travaux de Nadine Nakagawa (2014), Joelle Ingrao (2014) et des courriels archivés

Membres du SCWIST présents à l'Assemblée générale annuelle de 2019. De gauche à droite: au premier rang - Kelly Marciniw, présidente, Khristine Cariño, directrice des communications; Diana Herbst, fondatrice, Danielle Livengood, directrice sortante des événements; Nasira Aziz, directrice des subventions et secrétaire; Hilda Ching, fondatrice; Hiromi Matsui, ancienne présidente; Dhalie Patara, directrice des finances. 2e rangée: Stephanie Zhou; Ashley van der Pouw Kraan, coordinatrice MS Infinity; Amy Hsieh; membre, membre, Priyanka Mishra, Zhila Pirmoradi, Louise Beaton (membre honoraire); Angelia Zhou, Pamela Corvalan, nouvelle directrice; Payten Smith, membre, Merrill Isenor, coordinatrice de la soirée pub; Olga Zamudio-Prieto, responsable des médias sociaux; Rina Pradhan, membre, membre, Martina Wan Lockwood, nouvelle directrice; Vladimirka Pereula, Akanksha Chudgar, coordonnateur de la sensibilisation des autochtones du nord; Gordana Pejic (membre honoraire), Anja Lanz, (membre honoraire), membre, membre, Theresa Morris, coordonnatrice de la sensibilisation des autochtones du sud; membre, Diamond Isinger, Guides du Canada; membre, Florina Rogers, Cheryl Kristiansen, chef de projet Make Possible; Sandy Eix (membre honoraire et ancienne présidente); Heidi Hui (directrice entrante), Maria Issa (membre honoraire et présidente sortante).

La Société canadienne des femmes en science et technologie (SCWIST) est née en 1981 sur le porche couvert de clématites de Maggie Benston. C'est ici que les «cinq intrépides» - Mary Vickers, Hilda Ching, Abby Schwarz, Mary Jo Duncan et Maggie Benston- a d'abord conçu l'idée de promouvoir les acquis des femmes dans la science. SCWIST a été constituée le 30 juillet 1981 avec Mary Vickers en tant que présidente fondatrice pour encourager la pleine participation des filles et des femmes à la science et à la technologie.

Au cours de sa première année, le SCWIST a présenté huit programmes publics, lancé le premier registre des femmes en sciences en Colombie-Britannique et au Yukon, et a tenu des tables rondes sur les enjeux entourant la position des femmes dans les sciences.

À la suite de la Conférence nationale extrêmement réussie de 1983 sur les femmes et la science, la Société a commencé à organiser des ateliers d'été «Girls in Science» avec la conviction que la promesse d'une «action positive» serait compromise par le manque de femmes titulaires d'un doctorat. Les ateliers ont été créés pour encourager davantage de jeunes femmes à accéder à des professions scientifiques. À cette époque, les membres du SCWIST étaient également invités à siéger au Conseil consultatif canadien sur la condition de la femme du gouvernement fédéral.

Les années 1990 ont été marquées par des changements dans les tendances démographiques qui ont entraîné une diminution du bassin traditionnel de diplômés des domaines techniques et scientifiques et donc une augmentation du besoin de professionnels formés. Les femmes étaient considérées comme une ressource inexploitée et SCWIST a capitalisé sur cette nouvelle demande en augmentant la portée et la portée de ses programmes, ciblant à la fois les femmes professionnelles et les filles d'âge scolaire.

La mission de SCWIST a été développée pour promouvoir le recrutement, la rétention et la promotion des femmes dans la science.

SCWIST a réussi à encourager les jeunes femmes à étudier les sciences, mais il reste encore du travail à faire en ingénierie, physique et informatique. Les femmes scientifiques et ingénieurs canadiennes sont maintenant confrontées à des hypothèses désuètes sur les rôles de leadership des femmes dans des domaines traditionnellement dominés par les hommes. Parallèlement, un nombre croissant de femmes hautement qualifiées qui ont immigré au Canada ne peuvent pas travailler dans les domaines de leur choix.

SCWIST grandit avec les nouvelles réalités: SCWIST s'efforce de soutenir et de promouvoir les femmes dans leurs choix d'éducation et de carrière par le biais de réseautage et d'événements, et SCWIST continue de se réjouir d'encourager les filles à imaginer la science, l'ingénierie et la technologie comme faisant partie de leur avenir.

Fondateurs de SCWIST Abby Schwarz, Mary Vickers et Hilda Ching (2015)

Fondateurs

Marie Vickers a été professeur de biologie au Douglas College de New Westminster, jusqu'à sa retraite au début des années 80. En 1981, Mary était l'un des cinq membres fondateurs du SCWIST et en a été la présidente fondatrice de 1981 à 1983. Au cours de son mandat de présidente, la première conférence nationale des femmes en science et technologie a eu lieu à Vancouver. Mary est membre honoraire du SCWIST.

Margaret (Maggie) Benstona été professeur de chimie, d'informatique et d'études féminines à l'Université Simon Fraser de Vancouver, en Colombie-Britannique, et l'un des membres fondateurs de SCWIST. En plus de fonder SCWIST, Maggie a également aidé à fonder Vancouver Mayworks, le Vancouver Women's Caucus et Women's Skills Development of British Columbia. Maggie est décédée en 1991. Après sa mort, elle a été nommée première membre honoraire du SCWIST et la bourse du SCWIST BC Institute of Technology a été rebaptisée Maggie Benston Scholarship. L'Université Simon Fraser a nommé le Maggie Benston Centre en son honneur et a créé en son nom la bourse d'études supérieures commémorative Margaret Lowe Benston en études sur le genre, la sexualité et les femmes.

Hilda Ching a été président de SCWIST de 1984 à 1986, et à nouveau de 1994 à 1995. Elle a organisé la première conférence nationale pour les femmes dans la science et la technologie qui a attiré plus de 300 participants en 1983. en 1990, elle a produit une vidéo pour SCWIST intitulée «Que font les scientifiques?» qui a été distribué aux écoles élémentaires. Elle a été titulaire de la chaire Ruth Winn Woodward de 1990 à 1991 en études des femmes à la SFU. Hilda a reçu un prix YWCA Woman of Disctinction en 1991. Elle a également reçu un prix Michael Smith Science Promotion en 1996. Elle et son défunt mari, Joe, ont reçu des adhésions honorifiques à SCWIST.

Abby Schwarz a organisé des réunions à Science World, des tables rondes et a fourni des perspectives historiques sur les femmes dans la science.

Mary Jo Duncan a travaillé sur le registre des femmes en science et technologie en Colombie-Britannique et au Yukon et sur un projet éducatif sur l'éducation des filles en sciences. Elle vit maintenant en Irlande.

Fondatrice de SCWIST Diana Herbst

Diana Herbst a contribué au cadre initial de SCWIST en aidant à formuler des règlements et à la gouvernance, en obtenant un financement fédéral pour la première conférence Women in Science et en demandant le statut d'organisme de bienfaisance pour l'organisation. Elle détient un baccalauréat en microbiologie de l'UC Riverside, une maîtrise en sciences biologiques de la SFU et un doctorat en génétique de l'UBC. Elle a été présidente de 1987 à 1988, au cours de laquelle la première conférence «Women do Math» s'est tenue à la SFU. En tant que présidente du comité des prix et bourses pendant un certain nombre d'années, elle a joué un rôle déterminant dans la refonte de la bourse Margaret Lowe Benston au BCIT et dans la mise en place de nouvelles bourses - une à l'UNBC et une autre au BCIT - ainsi que dans la promotion des prix SCWIST Science Fair. Elle a également présidé le Comité des nominations à plusieurs reprises pour assurer la continuité de SCWIST. Diana est membre honoraire de SCWIST.

Anciens présidents

Betty Dwyer, présidente 1983-1984
Betty a obtenu son B.Sc. (Hons.) En physique et statistique de l'Université du Manitoba en 1949, et une M.Sc. de l'État de l'Iowa en 1954. Elle a été chargée de cours en biométrie et en statistique à l'Université Simon Fraser jusqu'à sa retraite en 1991. Pendant son mandat, la première Conférence nationale sur les femmes en science et technologie a eu lieu à Vancouver et au Registry of Skilled Women, BC et le Yukon a été produit. Le programme «Girls in Science» a été créé et son grand succès a permis au programme de se tenir dans plusieurs collectivités de la Colombie-Britannique pendant les années suivantes. Avant sa participation au SCWIST, elle a dirigé l'unité biométrique de la Direction des aliments et médicaments du ministère de la Santé et du Bien-être social de 1956 à 1959. Elle est revenue au Canada et s'est jointe à l'Université Simon Fraser en 1967. Betty est membre honoraire du SCWIST.

Marian Adair, présidente 1986-1987
Les 40 années d'expérience de Marian Adair dans la gestion environnementale et la conservation des terres sont issues de ses racines techniques en tant que biologiste terrestre. Marian détient un baccalauréat ès sciences en botanique de l'Université de Calgary et est biologiste professionnelle agréée et membre du College of Applied Biology.

Après avoir obtenu son diplôme en 1975, Marian a déménagé en Colombie-Britannique et a commencé sa carrière dans le conseil en environnement. En plus de cinq ans en tant que directrice de programme du Fraser River Estuary Management Program et du Burrard Inlet Environmental Action Program, Marian a travaillé comme consultante spécialisée en planification et évaluation environnementales dans tout l'ouest et le nord du Canada. Marian a travaillé 12 ans pour une société d'ingénierie, en tant que vice-présidente de Norecol Environmental Consultants et en tant que consultante indépendante gérant des projets, y compris les approbations environnementales de la ligne skytrain millennium. Marian a développé une expertise dans la gestion intégrée des ressources, la planification de l'utilisation de l'eau et des terres et les processus d'évaluation de l'impact environnemental.

Marian s'est jointe au Nature Trust of British Columbia en 2002. En tant que cadre supérieur de l'organisation, Marian est chargée de définir les priorités de conservation pour les acquisitions et la gestion de la conservation du portefeuille foncier du Nature Trust of BC. L'un des défis les plus inspirants pour Marian alors qu'elle travaillait avec The Nature Trust of BC a été son travail en tant que présidente de Biodiversity BC; un rôle qu'elle a occupé depuis sa création en 2005. Biodiversity BC est un partenariat d'organisations gouvernementales et non gouvernementales créé pour améliorer la conservation de la biodiversité dans la province et responsable du développement de Taking Nature's Pulse The Status of Biodiversity in British Columbia publié en juillet 2008 .

Marian est membre du SCWIST depuis 1984 et pendant son mandat de présidente du SCWIST, elle a développé les premières lignes directrices politiques pour les projets SCWIST. À la suite de son rôle de présidente, Marian est restée activement impliquée dans le comité Girls in Science et a fait de nombreuses présentations aux comités consultatifs de parents d'écoles primaires sur l'importance pour les filles de maintenir un intérêt et une participation aux sciences et aux mathématiques.

Josefina Gonzales, présidente 1988-1989
Josefina a été présidente de SCWIST de 1988 à 1989. Pendant son mandat, elle a présenté un mémoire à la Commission royale d'enquête sur l'éducation et l'emploi à temps partiel, mettant l'accent sur les filles et l'enseignement des sciences en Colombie-Britannique. La secrétaire d'État aux programmes pour les femmes a également financé la conférence «Women Do Math» et le «Visiting Scientists Project». En 1989, elle a été invitée à siéger à la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie.

Tasoula Berggren, Présidente 1989–1990
Tasoula Berggren a été maître de conférences et coordinatrice de l'atelier de calcul et d'algèbre linéaire à l'Université Simon Fraser, et a été présidente du SCWIST de 1989 à 1990. Au cours de son mandat, elle a fondé la conférence «Women Do Math» (Discover the Possabilities) à Simon Université Fraser. Elle a ensuite dirigé la conférence jusqu'en 1991 en Colombie-Britannique et au Yukon. En 1994, elle a reçu le prix «Service à la communauté» de l'Université Simon Fraser et est consul honoraire de la République de Chypre depuis 1998.

Penny LeCouteur, Présidente 1990–1992
Penny LeCouteur a été présidente du SCWIST de 1990 à 1992. Elle a obtenu son B.Sc. et M.Sc. en chimie de l'Université d'Auckland, en Nouvelle-Zélande en 1963, et son doctorat. en chimie de l'Université de Californie à Santa Barbara en 1967. Pendant son mandat de présidente du SCWIST, le programme «ms infinity» a été créé. Penny a également joué un rôle déterminant dans le développement du «Project Tomorrow» de SCWIST, et le centre de ressources SCWIST a été créé pendant son mandat. En plus de son travail avec SCWIST, elle a été membre fondateur du corps professoral du Capilano College à North Vancouver où elle a enseigné la chimie pendant plus de 30 ans et a été la doyenne des arts et des sciences de 2003 à 2008. Son livre «Napoleon's Buttons: How Seventeen Molecules Changed History »a été l'un des quatre finalistes dans la catégorie 2004 du meilleur livre du US National Academies Communications Award pour l'excellence dans la communication des sciences, de l'ingénierie et de la médecine au grand public. Elle a également reçu le prix Polysar pour son enseignement exceptionnel de la chimie dans les collèges canadiens et le prix Eve Savory Award for Science Communication du BC Innovation Council. Penny est membre honoraire du SCWIST.

Jackie Gill, Président 1992–1994
Jackie a été président de SCWIST de 1992 à 1994. Pendant son mandat de présidente, SCWIST a ouvert son centre de ressources (1992) et a créé Project Tomorrow (1993), une série de séminaires élaborés pour encourager la communauté à maintenir l'intérêt pour les filles pour la science.

Maria Issa, Présidente 1995–1996, 2012 -
Maria a obtenu un baccalauréat ès sciences en microbiologie de l'Université de la Colombie-Britannique en 1971 et un doctorat en philosophie en immunologie de l'Université de Londres. Elle a été présidente de SCWIST de 1995 à 1996. Au cours de son mandat, elle a mis sur pied le programme de réseautage scientifique «XX soir» et Science Worlds «Opening Doors». Maria est actuellement professeure agrégée de clinique à l'Université de la Colombie-Britannique et directrice du UBC Pathology Education Centre.

Hiromi Matsui, Président 1997–1998
Hiromi a obtenu un baccalauréat ès arts de l'Université de Waterloo et une maîtrise en sciences des femmes dans les domaines des sciences, de l'ingénierie, des métiers et de la technologie. Hiromi a été présidente de SCWIST de 1997 à 1998. Pendant son mandat de présidente, SCWIST a établi sa présence en ligne et a lancé son premier site Web (1997). Pendant ce temps, le CD ROM «Xplore Science Careers» a été produit, dans le but d'exposer les jeunes à d'éventuelles carrières scientifiques. Avec Judy Myers, Hiromi a publié «Où sont les femmes? A Benchmark study of Women in Information Technology in BC »évaluant la présence des femmes dans les domaines des technologies de l'information en Colombie-Britannique. Avant de prendre sa retraite, Hiromi était directrice de la diversité et du recrutement à la Faculté des sciences appliquées de l'Université Simon Fraser. Elle a été directrice du Canadian Centre for Women in Science, Engineering, Trades, and Technology (WinSETT), est membre honoraire de l'Association of Professional Engineers and Geoscientists of BC et est membre honoraire d'Ingénieurs Canada. Hiromi est membre honoraire du SCWIST.

Judy Myers, présidente 2000–2002
Judy a été présidente de SCWIST de 2000 à 2002. Avec Hiromi Matsui, Judy a lancé l'étude «Où sont les femmes? A Benchmark study of Women in Information Technology in BC »évaluant la présence des femmes dans les domaines des technologies de l'information en Colombie-Britannique. Judy est membre honoraire du SCWIST.

Elana Brief, Présidente 2008-2010
Elena a obtenu son doctorat en philosophie en physique de l'Université de la Colombie-Britannique en 2000. Elena a été présidente du SCWIST de 2008 à 2010. Elana a siégé au conseil d'administration du SCWIST depuis 2004, a été trésorière en 2005 et présidente en 2008. Elena est actuellement chercheur au National Core for Neuroethics de l'Université de la Colombie-Britannique.

Auteurs:
Nadine Nakagawa
Nadine Nakagawa est une écrivaine créative, une bâtisseuse de communauté et une avocate. Elle est une membre active de la communauté de New Westminster qui a défendu des causes telles qu'une banque de loyer, des solutions créatives à la crise du logement, des jardins communautaires, la réconciliation et l'art public. Elle a été nommée Citoyenne de l'année en 2017 et élue au conseil municipal en 2018.

Joëlle Ingrao
Joelle Ingrao (Laudisio) a complété un DVM en 2010, un DVSc Anatomic Pathology en 2014, un doctorat en virologie / immunologie en 2017 à l'Université de Guelph. Ses intérêts résident dans le développement de vaccins et le soin et l'utilisation des animaux de laboratoire. Elle est actuellement membre du service des opérations de qualité du site chez Sanofi Pasteur Ltd à Toronto, en Ontario, qui est responsable des tests de contrôle de qualité in vivo de tous les vaccins fabriqués sur place. Son titre actuel est directeur adjoint et vétérinaire traitant et est responsable de la vérification provinciale, nationale et internationale préparée