Foires scientifiques, conférences STEM et début de l'école pendant le COVID-19

Retour aux articles

Foires scientifiques, conférences STEM et début de l'école pendant le COVID-19

Écrit par: Maïa Poon

À quoi ressemble la participation ou l’organisation d’un événement virtuel pendant la pandémie ?

Cela vous surprendra. C'est l'essentiel. Tout ira bien également, et je pense pouvoir le dire au nom de la plupart des personnes qui ont vécu des événements en ligne.

Il y a des côtés positifs, comme j'en ai fait l'expérience avec les expo-sciences virtuelles. Au lieu de rencontrer uniquement des candidats et des juges locaux, j'ai pu voir les projets et rencontrer des étudiants et des professionnels de tout le continent ! Avec les conseils et le mentorat de la Dre Isabella Tai et de la Dre Zainab Bazzi du BC Cancer Research Centre, j'ai pu terminer mon projet de recherche de 12e année, « Identification des marqueurs génétiques diagnostiques et pronostiques du carcinome hépatocellulaire (CHC). » Grâce à cette expérience, j'ai pu contribuer à la recherche sur le cancer au lycée, ce qui était vraiment enrichissant. 

Le volontariat et les premiers pas

Je me suis intéressé à la recherche sur le cancer en raison de mon expérience de bénévolat avec la West Coast Kids Cancer Foundation, en dirigeant des activités et en chantant dans des camps de jour pour les enfants atteints de cancer et leurs frères et sœurs. West Coast Kids a donné à ces enfants la chance d'être simplement des enfants, et cela a donné à leurs familles du temps et des occasions de se détendre. J'ai rencontré une belle équipe de coordonnateurs de programmes et de personnel de santé qui m'ont appris les soins et les conversations dans le monde du cancer. Le programme est si spécial pour tous ceux qui y ont participé en raison des enfants incroyables qui sont drôles, aimants et enthousiastes à l'idée de jouer les uns avec les autres, virtuellement et en personne quand c'est possible.

Le carcinome hépatocellulaire (CHC) n'affecte pas les enfants mais est le cinquième cancer le plus fréquent dans le monde [1], représentant 75 à 85% des cancers primitifs du foie [2]. Malheureusement, le CHC est la cause de décès liés au cancer qui augmente le plus rapidement au Canada [3] et aux États-Unis [4]. Contrairement à la plupart des autres tumeurs solides, les complications résultant de la cirrhose du foie dans le CHC rendent le pronostic beaucoup plus difficile à prévoir [5]. Par conséquent, de nouveaux biomarqueurs sont nécessaires pour mieux prédire le pronostic chez les patients atteints de CHC. C'est là qu'intervient mon projet avec le Dr Tai et le Dr Bazzi : en combinant plusieurs sources et études, j'ai travaillé à l'identification de gènes qui étaient exprimés de manière différentielle dans le tissu hépatique normal par rapport au tissu hépatique HCC qui, avec les protéines pour lesquelles ils ont codé, pourraient être utilisés comme marqueurs pronostiques. 

En fin de compte, j'ai pu identifier 16 gènes codant pour des protéines pertinentes qui étaient exprimés de manière significativement différentielle dans les deux Geo DataSets. Tous les gènes sauf un étaient sous-exprimés dans le tissu HCC, ce qui est un bon signe car les gènes sous-exprimés peuvent être diagnostiques dans les biopsies et sont bénéfiques pour les études histologiques (tissus). Beaucoup d'entre eux se sont également avérés avoir des propriétés pronostiques dans des études précédentes, et j'ai hâte de voir certains être testés expérimentalement et éventuellement cliniquement.

Surmonter l'inattendu

Malheureusement, les restrictions liées au COVID-19 m'ont empêché de tester mes découvertes en laboratoire. Néanmoins, j'ai acquis de nombreuses compétences précieuses, notamment comment utiliser des logiciels de création de graphiques en ligne et des bases de données biologiques. La recherche repose fortement sur des bases de données et des logiciels en ligne, dont une grande partie est accessible à partir d'ordinateurs personnels, et cela a été particulièrement utile pendant une année qui nous a empêchés d'aller au laboratoire et au centre de recherche.

Bien que les expo-sciences en personne aient été annulées, j'ai pu participer à l'expo-sciences virtuelle de la Colombie-Britannique et au concours de recherche et d'innovation INSPO à l'échelle de l'Amérique du Nord. Ce furent des expériences formidables car j'ai pu présenter mes découvertes à un chercheur d'essais cliniques en chimiothérapie, à un physiatre, à un psychiatre et à des étudiants universitaires du monde entier. J'ai fini par être reconnu comme ayant un projet de biologie de haut niveau au salon BC et un projet de bioinformatique de haut niveau au concours INSPO. Après les expo-sciences, j'ai rédigé un premier projet avec le Dr Tai d'une revue de littérature plus approfondie sur le CHC.

Des décisions sous pression

Quelques mois avant les expo-sciences, mon équipe de direction Quantum Leaps Burnaby STEM et moi avons eu la folle expérience de transformer une conférence en personne en un livestream virtuel en seulement un mois. Nous avions prévu que notre conférence annuelle sur les STEM pour les étudiantes du secondaire et les étudiantes non binaires se tiendrait à l'Université Simon Fraser comme d'habitude en avril. J'étais particulièrement enthousiasmé par cette conférence 2020 parce que j'avais développé le thème Change Making pour explorer comment les STIM pourraient être un catalyseur de changement dans une variété de problèmes sociaux et environnementaux. Mais bien sûr, des événements rassemblant de nombreuses personnes comme Quantum Leaps n'ont pas pu se poursuivre en raison de la pandémie. En tant que président de la conférence, j'ai dû prendre la décision d'annuler complètement ou non l'événement. 

Quantum Leaps Burnaby Executive Team (2020-21) de haut en bas, de gauche à droite : Annie Wu (directrice des médias), Maia Poon (présidente), Rachel Lee (directrice du marketing), Susan Chung (secrétaire), Rachel Chao (graphiste) , et Gillian Chang (trésorière).

Because of all the work my team had already put into making the conference as rewarding as possible for our attendees, the kind support from SCWIST, and the amazing speakers—STEM professionals, many SCWIST executives and members, who had made positive change in their respective fields—I could not let it go. I was not yet comfortable hosting virtual meetings with more than twenty people, especially with all the sensation over “Zoombombing” in the first half of 2020, so I figured out how to broadcast a call to YouTube in the few weeks we had. My fantastic team worked hard to promote the livestream across the internet and to their schools. We ended up reaching over 60 viewers during the livestream, and the recording now has over 500 views—thank you to everyone who has seen it! I hope that each of you have taken some wisdom from the scientists, engineers, designers, and advocates.

Accepter l'incertitude

Si vous m'aviez dit au début de la 12e année que je terminerais le dernier tiers de l'année scolaire et mon dernier projet scientifique au secondaire en ligne, je pense que j'aurais ri ou me serais vraiment inquiété. Mais les événements en ligne m'ont surpris, à bien des égards. J'espère que vous avez trouvé le bon en eux aussi.

Maia est actuellement membre du SynBio Équipe de l'Université McMaster et représentera le Canada à iGEM 2021! Apprendre encore plus.

Restons en contact !


En haut