À la recherche du thermomètre global: l'excursion de Martine Lizotte dans l'Arctique

Photo des membres de l'équipe lors de la première expédition. À partir de la position 9 heures: Thomas Bossé-Demers, Caroline Guilmette, Marine Béguin, Martine Lizotte, Laurent Oziel et Bennet Juhls. (Photo gracieuseté de Martine Lizotte)

CHANGEMENT CLIMATIQUE. C'est une phrase qui est devenue assez connue, mais les équipes cherchent toujours à comprendre les détails de l'impact qu'elle aura sur les communautés.

Martine Lizotte de l'Université Laval en est une chercheur. Elle travaille comme scientifique en chef pour son équipe sur l'expédition 1 pour le Projet des eaux côtières du Nunataryuk.

Le programme se concentre sur la recherche de l'impact du changement climatique sur les écosystèmes terrestres et aquatiques de l'Arctique à plusieurs endroits différents. Le groupe de Martine est l'une des nombreuses équipes impliquées dans le projet, chacune devant faire quatre expéditions dans le Nord.

Chaque expédition est pour une durée similaire où Martine et son équipe échantillonnent l'eau dans les secteurs ouest et est de la Delta du Mackenzie. Leurs cibles sont les eaux de la baie Shallow, de la baie Kittigazuit et de la baie Kugmallit.

À gauche: Carte des régions visitées par chacune des équipes projet. L'équipe de Martine était située dans la région de la mer de Beaufort dans les Territoires du Nord-Ouest. (Image créée par Hugues Lantuit pour le site Web du Projet Nunataryuk: https://nunataryuk.org/science/field-sites). Droite: Figure des sites d'échantillonnage prise par l'équipe de Martine lors de la première expédition entre le 20 et le 28 avril 2019. (Figure créée par Bennet Juhls)

L'un des principaux facteurs ciblés par le projet, qui peut avoir un impact à la fois sur les systèmes terrestres et aquatiques, est la dégel du pergélisol. Le pergélisol est un sol gelé pendant au moins deux ans sans décongélation.

Le pergélisol fournit normalement un soutien au littoral, mais à mesure qu'il dégèle, le rivage s'érode. Il peut également rejeter des contaminants et des matières organiques dans l'eau potable de la communauté voisine et mettre la santé des résidents en danger.

L'équipe de Martine a travaillé avec des membres de la communauté pour recueillir des échantillons d'eau des baies Shallow, Kittigazuit et Kugmallit. Les échantillons ont ensuite été ramenés au laboratoire pour filtrer et analyser.

«Cela n'aurait pas été possible sans des partenariats avec des membres locaux de la communauté», a écrit Martine.

«Ils connaissent la région; leurs connaissances sont la pierre angulaire sur laquelle nous pouvons construire notre plan d'échantillonnage. Ce sont eux qui nous fournissent un environnement sûr dans lequel travailler en explorant la faune, en nous donnant des conseils sur la météo, en nous aidant à trouver un abri si nécessaire, en fournissant un réseau complet qui peut nous aider à atteindre nos objectifs. . »

L'équipe de terrain et les membres de la communauté devaient partir pour le secteur est du delta du Mackenzie, Tuktoyaktuk. De gauche à droite: Erwin Elias (propriétaire d'Elias Services), Laurent Oziel, Raymond Ettagiak (agent de terrain), Sammy Gruben Jr. (moniteur de la faune), Bennet Juhls et Dawson Elias (fils d'Erwin Elias) (Photo gracieuseté de Martine Lizotte )

Une excursion coordonnée

Le groupe de Martine était divisé en membres de l'équipe de laboratoire et de terrain, l'équipe de terrain travaillant aux côtés des membres de la communauté.

Le processus a commencé avec les équipes sur le terrain qui sont allées chercher des échantillons d'eau, de sédiments et de glace à leurs emplacements cibles. Ils passeraient au moins 12 heures à l'extérieur, endurant le climat arctique et la contrainte de faire fonctionner les machines utilisées pour prélever les échantillons.

Les échantillons de carottage en particulier ont constitué un défi pour le membre de l'équipe Bennet Juhls.

«La personne qui fait cela (Bennet Juhls) doit littéralement laisser ses mains nues dans l'eau glacée pendant un certain temps pour« attraper »le noyau de sédiment afin qu'il ne retombe pas dans l'eau lorsque le carottier est retiré de les sédiments », écrit Martine.

L'équipe de terrain utilisant le carottier à sédiments à Inuvik. De gauche à droite: Bennet Juhls, Laurent Oziel, Thomas Bossé-Demers et un membre de la communauté Miles Dillon (Photo gracieuseté de Martine Lizotte)

Les membres recueillent également des échantillons sensoriels ainsi que des échantillons physiques, tels que la température de l'eau, la pénétration de la lumière et la salinité. Pour cela, l'équipe avait juste besoin de placer le capteur dans l'eau.

Toutes les données et tous les échantillons recueillis par l'équipe ont ensuite été ramenés au site du laboratoire de l'Institut de recherche Aurora par hélicoptère. Les membres de l'équipe du laboratoire commençaient à tout analyser à mesure qu'il arrivait tard dans la journée, ce qui signifiait qu'ils devaient travailler toute la nuit.

Heureusement, le soleil ne se couche pas pendant les mois d'été dans l'Arctique, de sorte que les changements de cimetière avaient toujours la lumière du «jour». La lumière du soleil inhabituelle est connue sous le nom de soleil de minuit.

Thomas Bossé-Demers déchargeant des échantillons de terrain prélevés dans le delta du Mackenzie à la lumière du soleil de minuit. (Photo gracieuseté de Martine Lizotte)

L'équipe du laboratoire a traité les échantillons pour voir la quantité de matière dissoute et de particules qu'ils contenaient.

«Quand je dis traiter le matériau: il y a beaucoup de filtration. BEAUCOUP. La raison étant que puisque nous sommes intéressés par la quantification des particules et des matières dissoutes, nous devons les séparer: nous filtrons donc », a écrit Martine à propos du travail de l'équipe du laboratoire.

"Ce qui reste sur le filtre, ce sont des particules que nous pouvons compter, identifier, caractériser."

L'un des éléments mesurés sur le filtre était chlorophylle a, qui est un pigment impliqué dans la photosynthèse. Ils ont également mesuré ce qui pouvait passer à travers les filtres, tels les nutriments dans l'eau.

Le but ultime à la fin de la collecte, de la mesure et du filtrage est de créer un modèle de ce qui se passe réellement dans l'Arctique au niveau du sol. Les scientifiques peuvent ensuite connecter les données avec des images satellites pour trouver des modèles et potentiellement prédire les changements futurs.

Caroline Guilmette et Marine Béguin préparent le laboratoire à l'Institut de recherche Aurora avant l'arrivée des premiers échantillons de terrain. (Photo gracieuseté de Martine Lizotte)

Combattre les éléments

Martine était responsable du bon déroulement de toute l'expédition en tant que scientifique en chef. Cependant, le climat imprévisible de l'Arctique a rendu son travail difficile.

Les expéditions impliquaient des préparatifs à l'avance pour organiser les fournitures dont l'équipe aurait besoin pour atteindre son objectif. Mais parfois, le plan initial ne fonctionne pas toujours et selon les mots de Martine, l'adaptation est la clé.

«Le plan A n'est pas souvent le plan possible, vous devez donc être préparé à l'avance pour le plan B, C, D et vous finissez souvent par organiser quelque chose d'entièrement différent de tout autre plan dans votre poche», a écrit Martine.

«La météo est un facteur important dans la modification des plans dans le Nord.»

Les conditions météorologiques ont eu un impact important sur les vols en hélicoptère en particulier, ce qui à son tour pourrait avoir un impact sur la collecte de données de la journée.

Miles Dillon (debout), Bennet Juhls (à genoux) et Laurent Oziel (à droite) prélevant un échantillon dans le secteur ouest du delta du Mackenzie. (Photo gracieuseté de Martine Lizotte)

Les pilotes d'hélicoptère doivent pouvoir voir distinctement la terre par rapport à l'atmosphère. Si le ciel est blanc de neige ou de nuages, ou le sol de neige, il est difficile de faire la différence entre les deux.

Le vol de l'équipe a été immobilisé en raison des conditions météorologiques dès le début du premier jour de collecte de données. Le plan était de voler de Delta à Inuvik, mais la couverture nuageuse ne permettait pas de continuer la randonnée en toute sécurité.

La seule option était de se mettre à l'abri jusqu'à ce que le pilote, Connor Gould, estime qu'il était sécuritaire de voler à nouveau.

«Heureusement, Miles Dillon, un résident d'Inuvik et notre assistant sur le terrain, nous ont dit qu'il avait une cabane de chasse à proximité. L'équipe s'est arrêtée là, pour l'attendre. Quelques heures plus tard, ils étaient de nouveau en route », écrit Martine à propos de l'expérience.

«Cela montre à quel point notre équipe a été chanceuse de s'associer à Miles.»

Malgré les conditions difficiles, Martine a recueilli de nombreux souvenirs de la première expédition et savouré les petites victoires.

L'équipe a pu passer du temps ensemble et avoir des conversations non seulement sur l'expédition, mais plus généralement sur la vie. Martine a même évoqué un moment de «dynamitage On the Road Again à la radio avec tout le monde coincé dans la camionnette d'une tonne ».

Martine a trouvé que les véritables partenariats et amitiés qu'elle a noués au cours de l'expédition ont rendu possibles des tâches apparemment impossibles.

Son équipe a dit en plaisantant comment les choses semblaient se dérouler dans le Nord comme la «magie de l'Arctique».

«J'aimerais croire que notre équipe est partie avec la règle d'or à l'esprit, un simple axiome d'empathie», a-t-elle écrit.

«Notre état d'esprit et notre désir d'apprendre des gens, autant que d'apprendre du matériel que nous pourrions éventuellement collecter, ont aidé cette magie à opérer, je pense.

Martine et son équipe peuvent continuer à entretenir les relations qu'ils ont nouées lors de leurs futures expéditions. Leur deuxième expédition se terminera le 4 juillet et ils reviendront échantillonner à nouveau pour leur troisième voyage le 24 juillet. Le quatrième et dernier voyage débutera plus tard en août et se terminera le 9 septembre.

Figure des sites d'échantillonnage prise par l'équipe WP4 lors de la première expédition entre le 20 et le 28 avril 2019. (Figure créée par Bennet Juhls)

Les voyages impliqueront tous des échantillonnages et des analyses en laboratoire, mais l'objectif personnel de Martine pour les voyages restants est d'aller dans les écoles et d'encourager les enfants grâce à ses connaissances et son expérience.

«C'est un objectif énorme, mais j'aimerais inspirer. Inspirez les enfants. C'est comme ça que je suis entré dans la science », a écrit Martine. «Un enseignant m'a ouvert les yeux sur les possibilités. Il suffit d'un seul enseignant inspirant… »