Réflexions sur les 16 derniers jours d'activisme contre la violence sexiste

Retour aux articles

Alors que nous célébrons la Journée internationale des droits de l'homme le 10 décembre, rejoignez le SCWIST pour réfléchir aux 16 derniers jours d'activisme contre la violence sexiste (VBG).

SCWIST a lancé la conversation avec le Conseil sur la violence envers les femmes de Toronto (WomanACT) lorsqu'ils ont animé 'Oui, c'est notre affaire !' au Uber Engineering Hub de Toronto à la veille de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Alors que WomanACT et SCWIST continuent de mettre en lumière la VBG, ils se concentrent également sur le harcèlement sexuel dans l'industrie canadienne des STEM avec le soutien du ministère de la Justice du Canada. La Projet Safe STEM Workplaces travaille actuellement aux côtés de plusieurs organisations STEM en collaborant avec elles pour développer des politiques personnalisées et complètes, établir des mécanismes de signalement tenant compte des traumatismes et créer des voies de résolution et de référencement. Actuellement, le projet travaille aux côtés de plusieurs entreprises pour revoir et mettre à jour leurs politiques existantes et identifier les lacunes dans les connaissances à compléter ensuite par des initiatives de formation individualisées appropriées.

"Au cours de la nouvelle année (2023), nous déploierons des options de formation en personne, virtuelles, synchrones et asynchrones", déclare Maya Low, spécialiste de la formation et coordinatrice de projet chez SCWIST. Elle accueille les demandes de renseignements et invite tous ceux qui sont intéressés à s'impliquer à contacter safe-stem@scwist.ca

Bien qu'aujourd'hui marque la fin de 16 jours de conversations à travers le monde et à travers le Canada, la directrice des politiques et de l'impact du SCWIST, Melanie Ratnam, a déclaré: «J'espère vraiment que nous continuerons à #movethedial avec une meilleure compréhension de la manière dont nous pouvons aider à éliminer la VBG - que ce soit en partage des ressources et services d'assistance locaux ou en promouvant la diversité des genres pour favoriser des environnements de travail sûrs et exempts de harcèlement. Le changement de politique va exiger que nous continuions tous à nous engager à mettre fin à la VBG. ”


En haut