Mois de la fierté 2022 : à plus de fierté dans la science !

Nous avons récemment rencontré Ronel Alberts, directrice des programmes féminins du SCWIST, pour discuter de la représentation queer, des femmes dans les STEM et de la façon dont de petites actions peuvent avoir un impact important. Cette interview a été modifiée par souci de concision et de clarté.

Après avoir obtenu un BSc en informatique de l'Université de Cape Town en Afrique du Sud, Ronel a rapidement découvert qu'elle avait le don de synthétiser la technologie et les exigences commerciales. Elle a passé vingt ans à travailler comme analyste d'affaires, occupant de nombreux postes de direction tout au long de sa carrière. Au cours de la dernière décennie, elle a dirigé sa propre société de conseil et a eu le privilège de travailler dans le monde entier sur des projets passionnants et stimulants.

Ronel sait que l'autonomisation des filles et des femmes, en particulier dans les domaines STEM, conduira à un avenir plus viable et durable.

Pendant son temps libre, Ronel et sa femme peuvent faire du géocaching, de la moto et de la randonnée avec leurs adorables chiens.

Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre SCWIST ?

La communauté queer est sous-représentée dans SCWIST et dans STEM, et j'aimerais contribuer à changer cela. On se concentre beaucoup sur d'autres groupes démographiques au Canada, mais la communauté queer continue d'être gravement mal desservie. Mais je pense que SCWIST est la bonne organisation pour aider à gérer cela.

J'ai toujours apprécié les bras ouverts que tout le monde au SCWIST a tendus à ma femme et à moi. Ils ont également toujours accepté les problèmes qui sont mis sur la table, comme les micro-agressions que j'ai signalées. Et cela demande beaucoup de sophistication. Cela en dit long sur la capacité d'une organisation à faire cela. J'ai toujours apprécié cela à propos de SCWIST. Mais il reste encore un peu de travail à faire.

En quoi est-ce différent pour les femmes queer d'être en science ? À quels obstacles font-ils face et que les autres ne remarquent peut-être pas ?

Il peut être difficile de dire ma femme et moi, ou mon partenaire et moi. S'il y a une fonction de bureau, il peut être effrayant d'amener votre partenaire féminine. Vous ne savez pas si quelqu'un va être homophobe ou non, ou comment vous allez être jugé.

Et ce sont de petites choses. Par exemple, si ma femme et moi sortons dîner, ils nous apportent toujours deux chèques. Ils supposent automatiquement que nous ne sommes pas un couple. Ces petits moments laissent un impact.

Quant à être dans STEM, qui est un environnement très dominé par les hommes, il y a une énorme culture « frère », en particulier dans l'informatique. En tant que femme homosexuelle, beaucoup d'hommes avec qui j'ai travaillé ont tendance à me traiter comme "l'un des mecs". Quand il y a un conflit, ils me parlent de manière très abrupte et sans subtilité. Ils veulent aller boire une bière et en parler. Mais ce n'est pas quelque chose, en tant que femme homosexuelle, que je suis nécessairement à l'aise de faire. Vous pouvez donc voir comment la culture même des entreprises STEM exclut les femmes en général et rend encore plus difficile pour une femme homosexuelle de se démarquer et d'être à l'aise d'en parler ouvertement.

Que peuvent faire les gens pour être des alliés ?

Il y a beaucoup de gens dans SCWIST qui sont des alliés sans même vraiment s'en rendre compte. Par exemple, s'ils me présentent quelqu'un, ils disent : « Voici Ronel et sa femme Elsjé ». Par leur acceptation de notre relation, cela la normalise pour l'autre personne. Ou quand nous avons des réceptions, les gens disent : « J'espère qu'Elsjé va venir avec vous. Il y a une acceptation et une réalisation complètes que nous sommes un couple. J'apprécie vraiment l'acceptation automatique de SCWIST. C'est subtil mais très puissant.

Quelle est votre vision pour SCWIST dans 40 ans ?

Ce que je veux pour SCWIST en tant qu'organisation et ce que je veux pour le monde sont à peu près les mêmes. Je veux que l'organisation contribue à changer le monde. Je veux continuer à être une force au sein du gouvernement pour changer la politique. Je veux surmonter les obstacles et faire en sorte que les femmes et les filles aient des chances égales dans les STEM.

Vous voulez discuter plus loin ? Vous pouvez vous connecter avec Ronel via LinkedIn.

Rencontrez nos autres modèles de rôle du mois de la fierté :