Message de SCWIST sur la découverte du pensionnat de Kamloops

Avertissement de contenu : violence anti-autochtone et mort. La ligne de crise de la Société des survivants des pensionnats indiens offre un soutien psychologique 24 heures sur 7, 1 jours sur 866, aux survivants des pensionnats indiens au 925-4419-XNUMX-XNUMX.

Le 28 mai, la Première nation Tk'emlúps te Secwépemc a découvert les corps de 215 enfants autochtones dans des fosses communes à l'ancien pensionnat indien de Kamloops. Ces enfants ont été arrachés à leurs foyers, à leurs mères, à leurs pères, à leurs frères et sœurs… pour ne jamais revenir. Ils ont été poussés dans un établissement qui a éliminé leur culture et leur langue par la violence et des abus émotionnels et sexuels impitoyables. 

Nous adressons nos plus sincères condoléances et notre solidarité aux survivants et à toutes les familles touchées.

Bien que 215 corps d'enfants aient été retrouvés, il est certain qu'il en reste encore d'autres portés disparus parmi les milliers d'enfants tués. Les pensionnats étaient un effort systématique, entièrement parrainé par le gouvernement canadien, pour éliminer complètement la culture autochtone et assimiler de force les peuples autochtones au point de les rendre invisibles. C'est un génocide.

Bien que les pensionnats puissent être historiques, le traumatisme intergénérationnel qui en résulte ne l'est pas, et les politiques du gouvernement fédéral continuent de saper les droits des peuples autochtones. L'horrible découverte des corps de ces enfants a déclenché une autre série de conversations sur la vérité et la réconciliation. Il est inacceptable pour les colons de simplement pleurer ; les non-autochtones qui vivent ici, qu'ils soient blancs ou racialisés, bénéficient toujours du colonialisme. Nous devons nous éduquer, reconnaître le racisme systémique qui continue de nuire aux familles autochtones et prendre des mesures.

SCWIST s'engage à réaliser les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation. Pour la communauté STEM, cela inclut d'avoir des conversations difficiles sur les droits des peuples autochtones, en particulier dans le contexte de l'extraction des ressources naturelles et des intersections du changement climatique et des droits de l'homme.

SCWIST est une organisation qui promeut la participation à la science - nous ne pouvons pas fermer les yeux sur le fait qu'une forme de cet abus était hautement expériences nutritionnelles contraires à l'éthique sur les enfants des pensionnats indiens. Ces actions sont atroces et nous, en tant que membres et partisans de la communauté scientifique, devons reconnaître l'héritage douloureux de ces expériences et rester vigilants quant au respect des meilleures pratiques de recherche, en particulier lorsque nous travaillons avec des groupes autochtones.

Nous avons la responsabilité de participer activement à la réconciliation. Voici ce que les non-autochtones peuvent faire :