Les filles au pouvoir des mathématiques

Par Alexa Bailey

(Cet article explique un peu mes recherches et comment mon programme de mentorat en mathématiques de fille à fille, Girls to the Power of Math, est né.)

Alexa Bailey, les filles au pouvoir des mathématiques

Qui suis-je?

Je m'appelle Alexa. Je vais entrer en 9e année. Il y a beaucoup de choses que j'aime faire. J'ai une passion pour la photographie, je joue au softball et je fais partie d'un club de violon. J'ai aussi toujours aimé les mathématiques. Cependant, j'ai toujours trouvé les cours lents et répétitifs. J'étais à peu près en deuxième année lorsque j'ai commencé à m'ennuyer. Le rythme était très, très lent et il ne s'est jamais vraiment amélioré. Je me suis plaint à mes parents et ils ont essayé de rencontrer des professeurs. Rien n'a vraiment changé en classe.

Pour m'aider à me mettre au défi, ma mère a présenté le concours de caribou à mon école. Elle est venue faire le concours pour qui voulait participer. Les concours, qui avaient lieu six fois par an, étaient amusants, mais les cours étaient encore lents. En 5e année, mes parents sont retournés voir mon professeur qui semblait confus que je pouvais être bon en mathématiques. L'enseignant a posé des questions de défi qui ont été fournies aux élèves les plus rapides (les garçons). Moi, par contre, je n'ai pas pu accéder aux questions de défi parce que j'ai été ralenti par mes camarades de classe qui m'ont demandé de les aider à comprendre. En 6e année, l'enseignant a demandé à la classe de deviner qui avait obtenu la meilleure note au test de mathématiques. Chaque garçon de la classe a été nommé mais pas une fille. Mes camarades de classe ont tous été surpris quand il s'est avéré que j'étais celui avec la meilleure note. Même cette année au lycée, j'ai rencontré des batailles. J'ai choisi une école qui proposait un programme Mini avec des mathématiques accélérées. Malgré cela, j'ai trouvé les progrès en mathématiques trop lents pour moi. J'ai demandé à contester la 8e année que j'ai réussie, puis j'ai réussi la 9e année en ligne. Après cela, je suis allé en dixième année, à ce moment-là, je n'avais que six semaines pour suivre le cours, mais je l'ai fait. Malgré tous ces obstacles, j'aime toujours les mathématiques. Qu'en est-il des filles qui n'ont pas le même niveau de confiance ou de capacité que moi? Auraient-ils persisté?

Tutorat

Tout cela en aidant les autres pendant que les garçons accédaient aux questions de défi, s'est avéré être une bonne chose. J'ai appris que j'étais assez douée pour expliquer les mathématiques. En sixième, j'ai commencé à donner des cours de mathématiques à mon voisin. Au début, elle n'était pas très intéressée. C'était l'idée de ses parents et cela lui semblait une corvée. Mais, alors que nous travaillions ensemble, j'ai commencé à utiliser des jeux amusants basés sur les mathématiques et elle a commencé à l'aimer davantage et a même hâte de participer à nos sessions. Elle a commencé à aimer les mathématiques et sa confiance en elle a augmenté. Toutes ces expériences m'ont amené à faire mon Expo-sciences sur les mathématiques et la confiance.

Trouver un mentor

Je savais qu'il y avait un écart entre les sexes avec plus d'hommes choisissant des études liées aux STEM que de femmes. J'ai également lu qu'il y avait cette différence malgré le fait qu'il n'y a pas de différence de capacité entre les sexes.

J'ai décidé d'étudier si le sexe influence la confiance en mathématiques. Comme c'était un projet assez compliqué, je me suis mis à trouver un mentor. J'ai recherché sur Google des personnes qui travaillent dans le domaine du genre et des mathématiques / STEM et j'en ai envoyé autant que je pouvais trouver. J'ai envoyé un courriel à des chercheurs partout au Canada.

J'étais super excité quand Dr Toni Schmader a répondu et a accepté d'être mon mentor. Le Dr Schmader est titulaire d'une chaire de recherche du Canada en psychologie sociale à l'Université de la Colombie-Britannique. Elle a relu mes questionnaires et fait quelques ajustements mineurs. Elle m'a également aidé dans mes analyses statistiques. Je voulais lui faciliter le plus possible le mentorat. J'étais très organisée avec mes questions et je faisais attention à la quantité de temps dont j'avais besoin. Elle m'a dit qu'elle n'avait jamais eu une expérience de mentorat comme celle-là. Je pense que c'était un compliment! Je pense que j'ai été très chanceux d'avoir eu le Dr Schmader comme mentor. Elle m'a invité à une conférence au laboratoire et m'a donné une première compréhension des statistiques. Je me sentais à l'aise de lui poser des questions et elle m'a dit que bon nombre de nos conversations étaient très similaires à celles qu'elle avait eues avec ses étudiants universitaires.

Le Dr Schmader m'a également présenté Dr Andy Baron, un de ses collègues. Le Dr Baron m'aidera à évaluer mon programme d'intervention (plus à ce sujet plus tard).

Mes études

Je savais ce que je voulais demander et je savais à qui je voulais enquêter. Je voulais enquêter sur toutes les classes élémentaires, y compris la maternelle. Cela signifiait que même les non-lecteurs devaient être capables de comprendre mes questions et d'y répondre. J'ai gardé les questions simples et utilisé des éléments visuels pour les aider à choisir leurs réponses. Voici un exemple de question:

Je suis bon en maths

Fortement en désaccord En désaccord D'accord Fortement d'accord

Toutes les questions ont été lues à voix haute par un enseignant. J'ai posé des questions sur la confiance dans les tâches chronométrées, la lecture, les mathématiques, la résolution d'énigmes et la confiance académique générale. J'ai vérifié si le sexe des enseignants influait sur la confiance de l'élève. J'ai également demandé si les élèves pensaient que leur professeur était bon en mathématiques. C'était une tâche organisationnelle énorme d'amener les gens à remplir le sondage.

Il fallait d'abord que je trouve une école. J'ai approché le directeur de l'école élémentaire David Livingstone. Le directeur était enthousiaste mais m'a dit que je devrais présenter mon étude aux professeurs. Il a demandé si je reviendrais à déjeuner le même jour et présenterais au personnel. J'étais super nerveux mais j'ai réussi à convaincre les professeurs de participer. Livingstone a fourni près de 200 réponses, de la maternelle à la 7e année. Je suis très reconnaissant du soutien du personnel et des élèves de Livingstone.

Lorsque je suis retourné voir le Dr Schmader et que nous avons fait l'analyse statistique, nous avons trouvé un résultat statistiquement significatif selon lequel les filles devenaient moins confiantes en mathématiques à mesure qu'elles progressaient à l'école primaire. J'ai demandé au Dr Schmader de quelle taille d'échantillon j'aurais besoin pour obtenir des réponses plus précises sur le moment où cela se produit. Elle m'a dit qu'environ 100 étudiants de plus me donneraient suffisamment de puissance statistique. J'ai approché d'autres écoles. Simon Fraser Elementary a également été très favorable. Quelques classes de Wolfe Elementary ont également participé, ce qui m'a donné environ 300 réponses au total.

Découvertes majeures

Les résultats de mon étude ont montré qu'il y avait une perte de confiance statistiquement significative en mathématiques chez les filles du primaire à mesure qu'elles grandissaient. Les filles montrent une perte de confiance distincte vers la 6e année. Les filles n'ont montré aucune perte de confiance dans aucun des autres domaines que j'ai testés. Les garçons ont montré une amélioration de leur confiance en lecture au fil du temps et une confiance stable en mathématiques. Mes résultats concordent avec des recherches antérieures qui ont montré que les filles deviennent moins confiantes en mathématiques, en particulier dans les dernières années (Daigle et Guiomard, 2011). Ce manque de confiance peut contribuer à réduire le nombre de filles qui poursuivent des domaines liés aux STIM au niveau postsecondaire. C'est la première recherche qui a été faite sur le sujet à Vancouver.

Déception au VSB Science Fair

Vous vous souviendrez que je faisais mes recherches dans le cadre de mon Expo-sciences. J'ai gagné au niveau de l'école et je suis allé à la finale VSB. Là, j'ai perdu les plus jolies affiches. Je n'ai pas fait de pailles avec de la purée de framboises ni regardé la réaction des méduses à la lumière. La mienne était une vieille étude ennuyeuse. Les commentaires des juges comprenaient: «Cette recherche n'est pas nouvelle.» «Elle devrait montrer une meilleure compréhension des statistiques.» Heureusement, je ne crois pas un mot qu'ils avaient à dire. Je veux crier au monde: «La science n'a pas à être jolie. En fait, c'est très souvent fastidieux et compliqué. »

Mettre les preuves en action

Donc, maintenant, j'avais la preuve que la confiance des filles en mathématiques diminue à l'école primaire. J'ai trouvé cela inquiétant et je voulais faire quelque chose à ce sujet. Pour commencer, j'avais besoin d'aide. J'ai cherché une subvention qui m'aiderait à obtenir des fournitures et des t-shirts pour le programme. SCWIST m'a généreusement apporté son soutien et continue de le faire. Le plan est d'avoir un programme de dix semaines. Pour commencer, je veux me concentrer sur la multiplication, y compris le comptage par sauts, le regroupement et des compétences similaires. L'accent sera mis sur le plaisir. Je veux que les filles s'amusent tout en apprenant les mathématiques. Certaines activités que nous ferons sont: le comptage des sauts avec des cordes à sauter, le bingo à multiplication, la marelle et plus encore. De nos jours, les gens aiment utiliser le terme STEAM plutôt que STEM, où le A supplémentaire signifie Arts. Il n'y a pas d'écart entre les sexes identifié dans les arts, mais dans tous les cas, je tiens à assurer à tout le monde que nous utiliserons beaucoup de créativité artistique pour créer des chansons et des jeux pour apprendre les mathématiques. Je tiens également à souligner qu'il y a eu beaucoup de «A» qui ont été utilisés pour créer le logo Girls to the Power of Math.

Prochaines étapes

Je vais maintenant commencer le programme à Livingstone Elementary à Vancouver. Avec l'aide du Dr Andy Baron, j'évaluerai l'efficacité du programme. J'ai été nominé par Science World pour un prix intitulé «Girls Living Stem». J'ai fait fabriquer un tas de t-shirts et j'espère les vendre, remettre l'argent dans le programme, fournir des fournitures et des t-shirts aux mentors.

Les filles au pouvoir des mathématiques

Espoirs et rêves

J'espère vraiment que ce programme pourra se développer (de façon exponentielle). J'espère que ce programme renforcera la confiance des filles et qu'elles commenceront à aimer les mathématiques. J'espère vraiment voir plus de positivité autour des filles et des mathématiques. Je suis en train de créer un site Web afin de pouvoir partager des ressources avec tous ceux qui aimeraient créer leur propre programme Girls to the Power of Math. Peut-être qu'un jour, nous aurons un programme de mentorat Girls to the Power of Math lié à toutes les écoles élémentaires du Canada.