Horaire flexible pour les mères travaillant dans des domaines STEM - Ami ou ennemi?

by Marine Da Silva, associée au développement des affaires, MITACS

Marine Da Silva

Travailler dans le domaine des STEM est tout un défi pour les femmes.

Il est bien documenté que les femmes sont sous-représentées dans le domaine des STEM. Données de Statistique Canada (2016)a montré que seulement 28 pour cent des travailleurs âgés de 25 à 64 ans dans les professions scientifiques sont des femmes et que les femmes ne représentent que 30 pour cent des chaires de recherche dans les universités.

De plus, un étude récente a révélé que le financement est moins susceptible d'être accordé à des femmes scientifiques de la santé si celles qui récompensent les subventions savent qui est le scientifique principal. Les femmes sont également plus susceptibles de quitter leur rôle dans le domaine des STEM, car elles peuvent ne pas se sentir aussi valorisées que les hommes. Enfin, selon le Enquête nationale auprès des ménages(NHS), les femmes diplômées en STEM ont un taux de chômage plus élevé et un salaire inférieur à celui des hommes. Cependant, un autre mécanisme sous-étudié mais central contribuant à la sous-représentation des femmes dans l'emploi dans les STEM peut être la parentalité.

Avoir des enfants représente souvent un grand changement dans la vie d'une femme. Comme il peut être difficile d'équilibrer la parentalité avec une carrière professionnelle réussie, de nombreuses mères choisissent de quitter leur carrière et de rentrer chez elles. C'est particulièrement le cas des femmes travaillant dans les domaines STEM. Les statistiques sont troublantes: selon un Étude américaine publié plus tôt cette année dans le Actes de l'Académie nationale des sciences, 43 pour cent des nouvelles mères quittent un emploi à plein temps dans les STIM après avoir eu des enfants. La parentalité n'est pas seulement un «problème de mère»; puisque 23% des nouveaux pères quittent également les STEM après leur premier enfant. La difficulté de combiner le travail STEM avec les responsabilités de soignant est souvent citée comme raison de départ. De plus, de nombreuses mères se sentent exclues des carrières professionnelles par le manque de flexibilité des lieux de travail et par les présomptions des collègues et des patrons selon lesquelles les mères sont moins engagées dans leur travail après avoir eu des enfants.

Le fait de pouvoir travailler partiellement à domicile et d'offrir un horaire flexible sont des solutions qui aident les mères à maintenir un bon équilibre travail-vie personnelle, du moins en théorie. Dans la pratique, de nombreuses mères travaillent le soir et le week-end, car elles se sentent coupables de ne pas avoir suffisamment travaillé pendant la semaine. Ce qui soulève la question: les horaires flexibles et le télétravail sont-ils vraiment compatibles avec une carrière réussie dans les STEM pour les mères qui travaillent?

A étude de l'Université du Kent a constaté que les horaires flexibles obligent les mères qui travaillent à temps partiel à travailler plus longtemps sans salaire. En autre étude, les mêmes auteurs ont rapporté que plus de la moitié des mères qui ont travaillé à temps partiel estiment que cela a eu un impact négatif sur leur progression de carrière. De plus, il peut y avoir une association négative avec la demande de flexibilité du travail car elle est perçue comme une personne ne souhaitant pas travailler aussi dur, en particulier pour les femmes dans le domaine des STEM. En outre, il peut y avoir un préjugé sexiste lorsqu'il s'agit de demander la flexibilité du travail. Christin Munsch, professeur de sociologie à l'Université Furman, a réalisé une enquête auprès de près de 700 personnes concernant la flexibilité du travail et les stigmates sous-jacents qui s'y rattachent. Munsch a constaté que les hommes qui demandaient un flex deux fois par semaine étaient considérés comme plus engagés dans leur travail, plus prometteurs et plus sympathiques que leurs collègues féminines qui demandaient également de la flexibilité au travail.

Dans le domaine des STEM, il y a encore de fortes attentes culturelles d'heures intensives et que l'expérience scientifique compte plus que toute autre chose, y compris la famille. Bien qu'il existe une volonté d'intéresser davantage les jeunes filles et les femmes aux carrières STEM, nous devons également nous débarrasser des stigmates liés à la flexibilité du travail et aux croyances culturelles dans les domaines STEM, pour permettre aux femmes de choisir une carrière STEM. En effet, les lieux de travail du 21e siècle l'ont déjà compris; De plus en plus de nouvelles entreprises en démarrage offrent désormais des avantages tels que la flexibilité du travail, des vacances illimitées et une garderie sur place, en particulier dans les domaines des mathématiques, de l'informatique et des sciences physiques.